Le jour d’après à la sauce Amaury

Comme nous nous en doutions, le gouvernement et le Medef n’ont pas attendu longtemps pour tirer profit de la crise qui fait suite au Covid 19.

Tout est bon pour faire payer aux salariés de manière directe ou indirecte les effets de la crise.

Des milliards offerts aux grandes entreprises sans aucune contrepartie que nous allons payer avec nos impôts et qui ne seront pas utilisés pour les services publics.

Mais aussi des milliards de dividendes auxquels les actionnaires ne renoncent pas et qui seront pris dans la poche de ceux qui triment.

Le groupe Amaury, jamais en retard pour porter des mauvais coups aux salariés, s’est livré à un odieu chantage à l’équipe, par la voix du zélé D.G. Jean-Louis Pelé.

Le deal est simple : 10% de salaire et 16 jours de RTT en moins ou bien 100 licenciements.

Les salariés de l’entreprise, avec leur syndicat, ne comptent pas ceder à cet ultimatum.

Vous trouverez ci-joint l’interview de Denis Perez, délégué syndical SNJ/CGT de l’entreprise, réalisée par Franck Cartelet pour le site de l’Humanité.fr.

 

441

512

Répondre