Le patron du Figaro et « les bonnes oeuvres » de Corbeil

Le patron du Figaro et « les bonnes oeuvres » de Corbeil


LE PATRON DU FIGARO ET LES BONNES ŒUVRES DE CORBEIL

En photo dans notre dernière publication, noçant en compagnie du Président d’honneur du F.N., Serge Dassault vient d’être “balancé” par son comptable.
L’affaire pourrait sortir d’une libre adaptation de la vie de Meyer Lansky ou d’un remake du célèbre “Parrain” de Ford Coppola.
Selon les informations données par Gérard Limat, le comptable au service de l’avionneur, un réseau financier permettait au propriétaire du Figaro de recevoir à Paris de l’argent liquide depuis le Lichtenstein transitant par une société genevoise (Cofinor).
Le montant du contenu des valises, des liasses de billets de 100 euros, s’élèverait à 53 millions d’euros.
Faut-il en conclure que cet argent servait à remplir les corbeilles des associations ou autres et l’achat de voix d’électeurs ?
La justice ira t-elle jusqu’au bout ? Il y aura t-il un nouvel Eliot Ness ?
J.-F. R.

Répondre