Bulletin info l’imprimerie février 2014 N°5

Bulletin info l’imprimerie février 2014 N°5

 

Édito Par Laurent Bouyrie.

imprimerie_201402n5

N

ous nous sommes tous déjà demandé si toutes les personnes qui nous souhaitent une bonne année étaient sincères ou si certaines ne le font que par obligation. En écoutant les voeux du président aux journalistes, j’ai découvert une nouvelle option on peut présenter ses voeux en se fi chant de votre pomme.
 
De toute manière tout le monde se moque de la politique que méne le Président, seules les parties de jambes en l’air du bel étalon intéressent nos médias préférés.
 
Certains notent un tournant social-libéral, terme repris en boucle comme on reprend le terme de pagaille à chaque grève. La question est : Comment peut-on être social et libéral ? Sans être un fan de Julien Lepers, je vous propose un «Question pour un Champion» :
 
Faire construire ses voitures à l’étranger et fermer Aulnay en mettant des centaines de salariés sur la paille, est-ce social ou libéral ? Réponse B.
Ne reprendre que 2000 salariés sur 5000 chez Mory, et dire que la CGT est jusqu’au-boutiste en occupant les usines, c’est social ou libéral ? Réponse B.
Négocier avec le patron de Titan, véritable facho qui souhaite licencier l’ensemble du personnel pour réembaucher des salariés corvéables à merci et surtout éliminer les syndicats, c’est social ou libéral ? Réponse B, encore.
Faire cadeaux de 33 milliards d’euros aux patrons en baissant les cotisations sociales, social ou libéral ? Réponse B, toujours !
 
Pour gagner le jeu, répondez à la question subsidiaire: qu’est-ce qu’un tournant ? Un tournant est un changement de direction curviligne. François Hollande n’a pas changé de direction de façon curviligne, encore moins à angle droit, il est sur une ligne droite qui passe par deux points, le libéral et l’ultra libéral.
 
Si vous avez 4 réponses B et que vous avez répondu à cette question, vous avez gagné un bulletin d’adhésion à la CGT et une invitation à la manif du 6 février !
 
Au SPQN on est bon élève, on ne pensait pas à Valérie ou à Julie, on a écouté attentivement; baisse de charges sociales, c’est fait avec la suspension puis la baisse des cotisations CAPSAG, chantage à l’emploi avec Le Monde et News Print, casse des acquis du CNR avec Presstalis. Quant au SGLCE, une bande d’irresponsables qui avec leurs mandants osent revendiquer une revalorisation de leur salaire.
 
L’unité ne se décrète pas, elle se construit jour après jour dans les entreprises et dans la rue. Les élus du SGLCE de l’Imprimerie appellent leurs camarades du SIP et du Bureau Parisien à les rejoindre dans leur action pour obtenir des négociations sur la politique salariale.Ils appellent leurs mandants à se rejoindre dans le défilé du 6 février pour défendre l’emploi, la protection sociale et les salaires.Sincèrement, bonne année à toutes et à tous.
 

Répondre